Kinshasa-RD Congo
Réseaux sociaux

La première quinzaine du mois de juin qui s’achève est dominée par deux événements majeurs en République démocratique du Congo. Il s’agit de l’acquittement inattendu du président national du parti politique, MLC, après 10 ans passés dans les geôles de la Cour pénale internationale, sur les 18 ans retenus en première instance, suivi d’abandon des charges qui lui avaient été imputées de crimes de guerre et crimes contre l’humanité qu’auraient commis ses troupes en République Centrafricaine.

Ce retour à la Zorro de l’ancien prisonnier de la CPI sur l’arène politique congolaise à la veille des élections générales est susceptible de bouleverser la cartographie politique et électorale du pays. A la majorité au pouvoir tout comme à l’opposition politique, les calculs sont en train d’être revus et des formules nouvelles imaginées pour faire face à l’inattendu. Beaucoup d’ambitions présidentielles matinalement annoncées sont appelées à être revues. Les élections de décembre 2018 sont donc de tous les enjeux, même si, à la Majorité au pouvoir, l’unité autour d’un candidat unique et commun qui reste à annoncer, est de mise.

©2015 lanouvellerepublique Conçu par GWD
Réseaux sociaux