Kinshasa-RD Congo
Réseaux sociaux

La République démocratique du Congo vient de célébrer l’an 19 de la libération. Loin d’être une simple journée festive, cette journée doit interpeller les Congolais sur ce qu’ils ont été, ce qu’ils sont aujourd’hui et ce qu’ils préparent pour l’avenir.

Des débats fort intéressants ont été tenus par rapport à cette journée. Mais les Congolais ne doivent perdre de mémoire, oublier ce qu’ils ont été et recourir aux mêmes types d’acteurs, si pas aux mêmes acteurs de leurs malheurs. L’indépendance, la souveraineté et l’autoprise en charge doivent constituer notre parchemin. Il n’est pas pensable que plus d’un demi-siècle après notre accession à l’indépendance, qu’il y ait des politiciens qui ne raisonnent, agissent qu’en termes des chancelleries étrangères.

Le récent arrêt de la Cour Constitutionnelle règle définitivement le soi-disant problème de vide au sommet de l’Etat à la fin du mandat du Président de la République. Il convient de rappeler à tous ceux qui en parlent à tort et à travers que l’article 70 ainsi interprété, tout comme la Constitution dans son ensemble, a été écrit IN TEMPORE NON SUSPECTO, c’est-à-dire à un moment où personne, à moins d’être Dieu lui-même, ne pouvait imaginer un cas de figure où la CENI aurait des difficultés à tenir les élections dans les délais requis.

Arrivé le jeudi 21 avril 2016 à New York, le Président Joseph Kabila a quitté la mégalopole américaine le dimanche 24, après d’intenses activités diplomatiques ayant eu lieu respectivement les vendredi 22 et samedi 23 avril passé.

Le vendredi, il a porté la parole des 148 PMA signataires de l’Accord de Paris, officiellement désigné «Convention-cadre pour les changements climatiques». Le samedi, il a été honoré par le secrétaire général de l’Onu en sa résidence officielle.

L’artiste musicien Shungu Wembadio a été conduit à sa dernière demeure, mercredi 04 mai, par une foule nombreuse provenant de tous les horizons, y compris politiques. La variété des regroupements politiques de l’opposition, tout comme la majorité présidentielle ont pleuré et rendu les hommages mérités à celui qui est qualifié de l’icône de la musique africaine.

Comme un seul homme, tous ces politiciens, pro-dialogue et anti-dialogue ont tenu à honorer le défunt artiste musicien. Cette solidarité nationale et même internationale autour de la mort de Papa Wemba peut bien pousser la classe politique et sociale à se retrouver autour d’une table ...

L’actualité en République démocratique du Congo reste dominée par la tenue prochaine du dialogue politique inclusif. Après l’annonce, par le facilitateur international, de la mise en place très prochaine du comité préparatoire à ce dialogue, une autre bataille s’est engagée dans les camps de l’opposition politique et de la société civile, une bataille qui vise l’occupation des 18 sièges attribués à ces deux composantes.

Au sein de l’opposition où certains regroupements tardent encore à rejoindre le processus du dialogue, l’Union pour la démocratie et le progrès social ne voudrait pas partager les 12 sièges attribués à l’opposition se considérant, avec ses alliés, comme l’opposition exclusive attitrée.

©2015 lanouvellerepublique Conçu par GWD
Réseaux sociaux