Kinshasa-RD Congo
Réseaux sociaux

 L’année 2015 tend vers sa fin, et l’année 2016 se pointe déjà à l’horizon. Cette année nouvelle sera hautement politique du fait que les mandats politiques dont ceux du Président de la République et des Députés nationaux vont tendre à leur fin, effectivement vers la fin de cette nouvelle année.

Les expériences électorales de 2006 et de 2011, par le fait des conflits qu’elles ont engendrés jusqu’à provoquer mort d’hommes, ont amené le Président de la République à convoquer le dialogue politique national pour examiner tous les problèmes liés au processus électoral en vue de l’organisation des élections apaisées susceptibles de renforcer l’unité nationale et de sauvegarder la paix chèrement acquise.

 Ile esclavagiste de Gorée, Dakar, Y en a marre, Filimbi, Konrad Adenauer, Cenco, opposition, société civile, complot… tous ces mots ont été prononcés ces derniers jours sur la place politique de Kinshasa.

Les combinaisons de tous ces mots énoncés aboutissent à la volonté de certains individus et groupes d’individus, congolais et étrangers, à faire partir le président de la République démocratique du Congo, à l’issue ou pas des élections. N’en déplaises au formalisme constitutionnel.

 Le Président de la République a décidé de convoquer le Dialogue politique national et a annoncé la mise en place prochaine d’un comité préparatoire à ce dialogue. L’évaluation du processus électoral va constituer l’essentiel de l’ordre du jour de ce dialogue national convoqué pour maintenir la stabilité du pays.

Cette initiative est encouragée par l’Organisation des Nations unies et l’Union africaine qui n’ont pas manqué de plaider pour un dialogue inclusif à tenir en toute souveraineté.

 La Conférence épiscopale nationale du Congo, Cenco en sigle, se distingue, ces dernières années, par des déclarations politiques, quelques fois, incohérentes. Elle ne se gêne pas de réagir à chaque déclaration politique du gouvernement ou d’un membre des institutions politiques nationales. Ces déclarations politiques des hommes en soutane ne se différencient nullement de celles que bombardent quotidiennement les partis politiques de la République Démocratique du Congo.

 La sagesse attendue de ceux que l’opinion pense être au service de Dieu pour prêcher l’évangile de Jésus-Christ est remise en cause, parce que, contrairement aux organisations épiscopales d’autres pays,

 Les attentats intervenus le vendredi 13 novembre à Paris, capitale de la France, qui ont fait 129 morts et près de quatre centaines de blessés, ont poussé le gouvernement français à revoir sa législation en matière des libertés publiques. La France vient de se rendre compte, à la suite de ces événements malheureux, que les libertés qui constituent une des valeurs cardinales de la démocratie française, ne valent que quand elles sont conformes à l’ordre public.

 Les leçons tirées par la France valent aussi pour la République Démocratique du Congo où la démocratie est expressément présentée à la population par certaines officines politiques, diplomatiques et sociales, comme étant l’ère...

©2015 lanouvellerepublique Conçu par GWD
Réseaux sociaux