Kinshasa-RD Congo
Réseaux sociaux

La République démocratique du Congo connue comme un scandale géologique de par la richesse de son sous-sol, connait aussi une richesse ethnique et culturelle énorme. Pluriculturelle et polyethnique, la Rdc comprend quatre grands groupes raciaux, à savoir les pygmées, les bantus, les semi-bantus, les nilotiques et les soudanais derrière lesquels se retrouvent plus de 250 tribus  ‘’unies par le sort, unies dans l’effort pour l’indépendance’’.

Contrairement aux pays à deux ou trois ethnies où l’antagonisme est très profond entre elles, comme c’est le cas avec la Belgique, le Rwanda et le Burundi, le grand nombre d’ethnies constitue et devrait constituer la force du pays. C’est dans cette vision des pères de l’indépendance qu’en dépit des obstacles d’ordre divers, le Congo est resté un et uni.

La République démocratique du Congo prépare la tenue des élections générales prévues, selon le calendrier publié par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), pour le 23 décembre 2018. Ces élections sont appelées à préparer l’alternance politique dans ce pays, de sorte que, beaucoup de résolutions prises et déclarations faites dans les milieux politiques nationales et internationales mettent en exergue l’alternance politique que la Rdc doit préparer.

La Monusco vient d’obtenir une énième prolongation de sa mission en République démocratique du Congo, la poussant à atteindre 20 ans de présence dans ce pays. C’est une durée record de présence que la mission la plus couteuse des Nations unies ait franchie dans un pays membre des Nations unies. Avec ses plus de 18.000 hommes en armes (soldats et policiers), la Monusco n’a réussi à vaincre aucun groupe armé, national ou étranger. Au contraire, les groupes armés se sont même multipliés défiant cette force onusienne qui n’intervient qu’après coup pour présenter des excuses.
Au lieu d’être une force d’imposition de la paix, elle est devenue en RDC une force de comptabilité macabre. Avec ses services des droits de l’homme et autres, elle trouve du plaisir à faire le monitoring des morts à la suite des guerres, des actes terroristes des groupes armés et des marches politiques.

Les états majors des partis politiques bougent en vue des élections prévues par le calendrier de la Commission électorale nationale indépendante au 23 décembre prochain. Au sein de l’opposition politique tout comme de la majorité présidentielle, on affute les armes pour ces scrutins présidentiel et législatifs nationales et provinciales, en dépit de quelques discours suivis auprès de certains opposants qui ne croient pas à la tenue de ces élections.

A la centrale électorale, on est pleinement optimiste pour la tenue des élections conformément au calendrier électoral en vigueur. En dépit de la campagne de dénigrement lancée par certaines officines nationales et internationales contre la machine à voter, la Ceni ne voit pas dans d’autres options pour amener le peuple congolais aux élections dans les délais du calendrier.

En ce mois de mars 2018 consacré à la femme, la République démocratique du Congo a connu des rebondissements de tous ordres tant sur le plan politique, économique que diplomatique. Sur le plan politique, les partis politiques et apparentés de la société civile qui ne juraient que par la transition sans Kabila ont compris que ce slogan n’était qu’une distraction de plus ne pouvant nullement aboutir. Ils se sont, presque tous, engagés à s’impliquer dans le processus de la tenue des élections. La mise en garde du secrétaire général des Nations unies les prévenant qu’il n’y avait nulle autre alternative que les élections, leur a surement fait réfléchir. Ainsi, des congrès, des conclaves, des concertations en vue de constituer des regroupements électoraux sont convoqués ou constitués.

Sur le terrain politico-sécuritaire, les conflits qui ont failli mettre encore une fois la province de l’Ituri à feu et à sang ont cédé la place au retour de la paix avec la réinstauration de l’autorité de l’Etat et des contacts intercommunautaires lancés sous l’impulsion du gouvernement central. Le chef de l’Etat s’est également impliqué en personne par une descente de réconfort des populations de cette province.

©2015 lanouvellerepublique Conçu par GWD
Réseaux sociaux