Kinshasa-RD Congo
Réseaux sociaux

L’ordonnance convoquant le Dialogue règle les questions relatives à l’objet (processus électoral), à la participation inclusive (Majorité, Opposition et Société civile) et à la facilitation internationale, de même que celle de la responsabilité de l’application des résolutions à prendre (Président de la République) soumises, on le sait, au mode consensuel. Ce qui veut simplement dire que si le consensus n’est pas dégagé, la résolution ne peut nullement être retenue dans l’accord final. Pourquoi alors redoute-t-on si tant le « Dialogue de la dernière chance », dixit Etienne Tshisekedi ? Apparemment, l’agenda caché n’est ni pour un processus électoral apaisé, ni pour un processus démocratique adulte. Et pour cause !

Suite aux divergences majeures sur la tenue ou non du dialogue entre Roger Lumbala, président du Rcdn et son secrétaire général Moise Moni Dela, ce dernier vient d’annoncer sa démission de ce poste et aussi comme coordonnateur national adjoint du regroupement SET (Soutien à Etienne Tshisekedi).

 Selon les informations en notre possession, il envisagerait de voler désormais de ses propres ailes en créant son propre parti politique et la ligne à suivre qui resterait de l’opposition politique ainsi que le projet de société seront présentés à l’opinion dans les tous prochains jours.

 A  lea  jacta est ! Ça y est, la Cenco a décidé d’abattre Kabila, artisan de la cohésion nationale, et de faire la guerre à la paix par une croisade programmée contre le dialogue national et inclusif.

Attitude paradoxale et inquiétante de la part de la Cenco dont la mission apostolique est la recherche de la cohésion des peuples autour de l’amour de Dieu et du prochain selon la bonne nouvelle apportée par le christ à l’humanité.

« Dynamique », G7 et Société civile alliée affichent une détermination à la limite de la bravade en disant à l’unisson NON à l’Onu, NON à l’Union africaine, NON à l’Union européenne, NON au Pape François, NON au Nonce apostolique, NON à la Cenco, bref NON à ceux qui passent pour les détenteurs de la puissance publique en externe et en interne. De deux choses l’une : ou ces plateformes jouissent d’un parrainage supérieur aux organisations et aux personnalités citées, ou ils pratiquent la surenchère pour obtenir du Dialogue plus qu’elles en espèrent, tant il est vrai qu’elles sont conscientes de l’inéluctabilité de la tenue du Dialogue…

 Préoccupée par une alternance visiblement mal conçue par sa hiérarchie et, tout naturellement, mal intériorisée par sa base au motif d’être favorable uniquement à une Opposition radicale spécialisée en art de récupération à son compte de toutes ses initiatives « politiques », la Cenco a aujourd’hui tout d’un boxeur sonné par l’uppercut inattendu assené par le Pape François le 25 décembre 2015 au travers du dialogue recommandé pour la RDC, le Burundi et le Soudan du Sud.

©2015 lanouvellerepublique Conçu par GWD
Réseaux sociaux